Sign in / Join
1182

Euro Millions : une famille de Dijon empoche les 83 millions d’euros

Les quelque 83 M€ ont enfin été réclamés en Côte-d’Or.

Le pactole de l’Euro Millions a été réclamé. Une famille l’a empoché, en misant juste 2,50 euros. Ces Bourguignons, qui veulent rester anonymes et discrets, font désormais partie des ultra-riches.

Ils avaient une chance sur… 116 millions de trouver la combinaison gagnante. Ils n’étaient pas du tout des accros. Mais lorsqu’ils ont vu le montant vertigineux de la cagnotte à rafler ce jour-là, ils se sont dit «Pourquoi pas nous ?». Bingo ! C’est une famille qui a joué dans le tabac-presse, place de la République à Dijon (Côte-d’Or) qui a gagné le super jackpot du 11 avril de l’Euro Millions : soit 83,4 M€. C’est le 6e plus gros gain jamais remporté en France depuis le lancement de ce jeu en 2004.

Et pour cela, elle n’a même pas eu à casser sa tirelire : elle a misé… 2,50 € en optant pour une grille en flash, et l’ordinateur a eu le bon goût de choisir les 7 chiffres magiques (22-5-31-49-21 étoiles 8 et 2) !

Ne pas flamber ce pactole

Car cette famille ne joue que de manière très occasionnelle. «Si on fait 4 à 5 grilles d’Euro Millions dans l’année, c’est le bout du monde !» ont-ils confié aux responsables de la Française des jeux (FDJ) qui leur a remis le pactole, résultat de sept tirages consécutifs sans gagnant. Quels sont leurs projets maintenant qu’ils viennent de rentrer dans le petit cercle fermé des multimillionnaires ? Rouler en Porsche, s’acheter une super maison, dîner tous les soirs dans les restaurants étoilés de ce département qui en est à son 4e gain à l’Euro Millions en huit mois ? On l’ignore. Mais ce que l’on sait, c’est qu’il n’est pas question pour eux de ne plus mettre le réveil le matin. Ils ne lâcheront pas leur travail, ont-ils expliqué, car leur métier, c’est leur passion. «Cette famille, qui désire conserver son anonymat, souhaite voyager dans le monde et surtout donner un sens à ce gain», précise-t-on à la FDJ.

– LP / Infographie

En général, le premier réflexe des gagnants est de mettre d’abord à l’abri leurs proches, en achetant leur résidence principale, en investissant dans des placements sûrs et en mettant de l’argent de côté pour l’éducation des enfants, expliquent dans leur livre «les Millionnaires de la chance» les sociologues Michel et Monique Pinçon Charlot, qui se sont penchés sur les gagnants du Loto. Et puis, vient l’heure de la générosité, souvent cachée, comme en Charente, où Christian paie chaque année le repas de rentrée aux écoliers de son village, comme le raconte notre confrère Vincent Mongaillard dans «les Millionnaires du loto : 49 Histoires de sacrés veinards !».

Le Parisien